Indignation légitime pour des conditions de transport plus que scandaleuses. Décembre fût catastrophique sur tous les plans: retards, suppressions, rames ultra-courtes, entassement à la limite de l'étouffement général... Disons-le tout net: ce ne sont pas les grèves qui nous prennent en otage, mais bien l'incurie de la SNCF qui n'assure plus sa mission depuis longtemps et qui essaie de s'affranchir en inondant chaque matin ou presque les voyageurs de "bulletins de retard" , lesquels banalisent les "désagréments" et font appel à la  "compréhension". Disons-le tout net, la compréhension n'est plus de mise depuis très longtemps ! Les motifs foireux, les excuses bidon et autres formules alambiquées ne changeront rien au cauchemar quotidien. Et la nouvelle année ne semble rien augurer de bon... Rien qu'aujourd'hui c'était plus qu'épique. Combien de temps encore nos nerfs vont-ils tenir ? Combien de temps allons-nous rester calmes ? Combien de temps allons-nous supporter d'être traité en bétail ?